Articles dans ‘Février 2013’

Intervention de Camille Brouté sur la précarité énergétique – Février 2013

_DSC0203
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Le groupe socialiste ne peut que tomber d’accord avec les grandes lignes des considérants du vœu proposé par le groupe des élus communistes et partenaires. Il est vrai qu’aujourd’hui de nombreux foyers et individus souffrent de la précarité énergétique, couplé au mal logement qui s’ajoute aux autres difficultés sociales et financières auxquelles ils sont confrontés à cause de la crise.

Nous tenons ici à rappeler tout d’abord les priorités du gouvernement et du président de la République en matière de lutte contre la précarité énergétique. Lors de sa campagne, François Hollande en avait fait son 42e engagement, que je cite pour mémoire : « je ferai adopter une nouvelle tarification progressive de l’eau, de l’électricité et du gaz afin de garantir l’accès à tous à des biens essentiels et d’inciter à une consommation responsable. Elle permettra de faire sortir de la précarité énergétique huit millions de Français. »
La proposition de loi du député François Brottes, qui a connu le 6 février un 2e rejet au Sénat suite à un vote conjoint des élus de droite et des élus communistes, est l’une des étapes de mise en œuvre de cette ambition. Elle devrait être prochainement adoptée, espérons-le pour les usagers et pour l’environnement, à l’Assemblée nationale. Si cette loi a pu comporter un certain nombre et d’imprécisions, ceux-ci ont été grandement comblés grâce aux débats parlementaires.

Lire la suite

Intervention de Denis Mercier sur le développement durable – Février 2013

IMG_0708
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Le concept de développement durable nous invite à penser globalement et à agir localement dans le respect des cinq finalités énoncées à l’article L.110-1 du code de l’environnement :
- lutte contre le réchauffement climatique,
- préservation de la biodiversité et des ressources,
- épanouissement de tous les êtres humains,
- cohésion sociale et générationnelle,
- développement responsable.

Si les collectivités comme la nôtre ont l’obligation depuis 2010 de présenter chaque année un rapport sur la situation en matière de développement durable avant le vote du budget, ce n’est pas pour exercer un simple droit d’inventaire. Au contraire, c’est bien pour évaluer les actions menées et pouvoir déterminer en clarté si les orientations budgétaires à venir iront dans le bon sens, à savoir celui de la ville durable et solidaire dont nous avons plus que jamais besoin pour anticiper un avenir qui sera fait de fortes mutations sociales et environnementales.
Ce rapport 2012 présenté par Chantal Duchenne fait preuve d’un travail méthodologique important…
A la lecture de ce document, nous avons trouvé que s’il identifiait avec honnêteté certaines lacunes, il tendait aussi à confondre les actions vaguement engagées et celles véritablement entreprises.

Lire la suite

Intervention de Sandrine Bernard sur la réforme des rythmes scolaires – Février 2013

sandrine2
Monsieur le Maire,
Chers collègues,
Mesdames, Messieurs,

Il me revient ce soir de rapporter sur la mise en œuvre de la réforme des rythmes scolaires. En 2012, François Hollande, lors de sa campagne présidentielle, s’engageait formellement à réintroduire la semaine de 4 jours 1/2. Dès son élection, s’engageait une concertation réunissant collectivités, experts, enseignants, parents, associations et donnant lieu à un rapport publié en septembre communément salué pour son ambition. Depuis, beaucoup de négociations, d’interrogations, de débats, d’inquiétudes de la part de familles qui craignent pour leur organisation et pour le bien-être de leurs enfants, de la part de collectivités auxquelles il est demandé de mettre en œuvre cette réforme, et de la part d’enseignants à qui on demande d’en porter le poids.

Rappelons quelques éléments de contexte.
Si nous en sommes là, c’est d’abord et avant tout parce que par des décisions brutales et irresponsables Xavier Darcos et Nicolas Sarkozy ont supprimé l’école le samedi matin en 2008 sans report du temps scolaire perdu, sans concertation et contre l’avis de tous. Tout le monde s’accorda à condamner une mesure vue comme une véritable entreprise de déconstruction du système scolaire. Nous avons protesté à Ivry, unanimement, contre cette atteinte, comme contre tous les autres désengagements de l’Etat, révélateurs d’une volonté délibérée de condamner l’école publique, de la « marchandiser », au profit des seules familles ayant les moyens de payer pour la réussite de leur enfant. Nous avons dénoncé cette diminution globale du temps scolaire passant de 27 à 24h par semaine, l’alourdissement de la journée des élèves en difficulté, auxquels étaient proposé des heures d’accompagnement hors temps scolaire et la suppression des RASED qui y étaient liés.
En 2010, l’Académie de médecine tirait la sonnette d’alarme : en insistant sur l’importance de prendre en compte les rythmes biologiques et psychophysiologiques de l’enfant dans toute réflexion liée au temps scolaire, elle dénonça le rôle néfaste de la semaine de quatre jours, la santé et la vigilance des élèves.
Alors que depuis 2008 notre pays concentre l’un des plus grand nombre d’heures d’enseignement (864h) dans l’un des plus faible nombre de jours (144j), elle préconise une année scolaire de 180 à 200 jours par an et des journées plus courtes réparties sur 4 jours ½. Elle rappelle que notre système est considéré comme l’un des moins efficaces en termes de réussite scolaire et que dans ce cadre ce sont les élèves qui bénéficient de l’environnement social le moins favorable qui en pâtissent le plus.

Lire la suite